Parlez "nous" : pourquoi je suis la bonne personne

Auteur : Marie La Fragette
septembre 2011

C’est le paragraphe clé. Comment montrer ce qui rend évidente votre collaboration ? Faut-il justifier ses compétences ? Anticiper sur le poste futur ? Parler de vous et de l’entreprise, c’est avant tout donner du sens à votre candidature.

Vous devez montrer pourquoi vous collez au poste et ce qui vous donne plus de crédibilité qu’aux autres candidats. On peut alors amorcer une transition du type, « C’est pourquoi je postule aujourd’hui à votre offre de responsable d’agence », avant de donner les raisons qui font tomber votre candidature sous le sens.

Une démonstration étayée

Il s’agit de rédiger une argumentation basée sur le profil de poste. Il faut reprendre une à une les compétences demandées pour rendre évident que votre profil répond au cahier des charges.

ar exemple sur une annonce de Chargé de clientèle professionnelle dans le secteur bancaire, le profil de poste sur l’annonce pourra être : "De formation supérieure, bac+4/5, vous bénéficiez au moins de trois ans d’expériences en tant que chargé d’affaires professionnel. Avec un vrai talent de commercial, vous avez su développer un portefeuille clients et disposez de compétences reconnues en gestion de comptes. Idéalement, vous avez exercé vos responsabilités dans le secteur industriel. Maîtrise de l’anglais souhaitée."

Votre argumentation pourra être : « C’est pourquoi je postule aujourd’hui à votre offre de chargé de clientèle professionnelle. Ma première expérience chez Xerox m’a permis de faire mes preuves dans la prospection et le suivi de clientèle. De plus, j’ai travaillé exclusivement sur une clientèle d’industriels en France et à l’international. Mon poste de trois ans à la Banque Nationale en tant que chargé clientèle m’a donné la maîtrise de l’aspect technique en gestion. Je saurai répondre à votre besoin tant au niveau technique que relation clients.»

Montrer la logique de votre parcours

A cette première partie, vous pouvez ajouter quelque chose de plus personnel sur la façon dont vous envisagez la collaboration sur le long terme. « Je souhaite évoluer vers une structure internationale et suis prêt à m’inscrire dans la durée au sein de votre entreprise. Je souhaite monter en puissance dans la gestion de dossiers de plus en plus complexes et faire mes preuves pour à terme évoluer vers du management. » Evidemment, il ne faut pas être trop audacieux dans vos propositions. Si vous envisagez déjà de restructurer le service, vous risquez de rendre le RH un tout petit peu frileux. Mais c’est toujours bon pour le recruteur d’observer comment le candidat se projette s’il a de l’ambition, de voir comment il l’exprime.

Si vous avez eu l’occasion de croiser des acteurs de l’entreprise ou de la connaître à travers une filiale ou un service différent, il est opportun de le mentionner : « J’ai eu l’occasion lors de l’appel d’offre pour les systèmes de conduite embarquée de collaborer avec votre service et j’ai particulièrement apprécié les méthodologies et process employés. » On appréciera de savoir que vous connaissez l’entreprise et êtes familiarisé avec son fonctionnement.

Touche personnelle

Vous pouvez également faire état de vos penchants, de vos goûts. Par exemple pour un poste de responsable de production dans le secteur du vin : « Avec une expérience de responsable production dans l’agroalimentaire, je possède toutes les qualifications techniques demandées. Véritable passionné d’œnologie, j’ai toujours souhaité travailler dans ce secteur et serais heureux de mettre mes compétences au service de ma passion ».

Conclure

Enfin, ouvrez sur un possible entretien pour susciter le feed-back de l’employeur. « Je serais heureux d’échanger avec vous lors d’un entretien sur mes compétences et vos besoins », par exemple. Pour la formule de politesse, restez simple, cela vous évitera de faire des mix de formules alambiquées à grand renfort de respectueux hommages qui tombent à plat.

On peut dire tout simplement : « Dans l’attente d’un retour de votre part, je vous prie d’agréer, madame, monsieur, mes sincères salutations ». Il faut qu’en relisant votre lettre vous ayez le sentiment d’avoir répondu à un besoin, si ce n’est pas le cas, peut-être faut-il reformuler.

Marie La Fragette @ Cadremploi.fr


haut de page