La case « divers » idéale

Auteur : Marie La Fragette
septembre 2011

L’onglet « divers » est le seul espace d’expression personnelle sur un CV. Quelle importance y accordent les recruteurs ? Va-t-on déduire de vos hobbies votre personnalité au travail ? Y a-t-il des choses à ne surtout pas inscrire et certains hobbies sont-ils au contraire particulièrement valorisés ?

La case divers est faite pour monter au recruteur ce qui vous distingue en tant que personne, et quelles sont les qualités que vous avez développées en dehors de vos compétences professionnelles.

Quelle importance pour les recruteurs ?

La case est-elle vraiment lue ? Qu’apporte t-elle aux recruteurs ? Soyons clair, il est rare que la case divers fasse franchement pencher la balance. En revanche, elle peut interpeller la personne qui vous lit et lui donner une idée de votre personnalité. Ce qui ne veut pas dire que tous les managers doivent faire un sport collectif et que tous les ingénieurs doivent être champions d’échec. Si l’on tente de sortir des clichés, la case « divers » n’est pas là pour souligner votre parcours mais pour l’enrichir de ce qui fait votre individualité.

Les écueils

Pour bien réussir sa case « divers », ne pas tomber dans la banalité ni dans la surenchère : le « lecture, cinéma, voyages » n’a pas d’intérêt et renvoie une image peu flatteuse. Vous ne saviez pas quoi mettre.

D’un autre côté, si vous mettez « galop sept en équitation, passionné de littérature afghane, expert en taï chi et responsable d’ONG », on risque de penser que vous êtes menteur, suractif, voire de vous prendre pour un Original. Cet onglet, par exemple, ne nous apprend pas grand-chose sur le candidat :


Aucun intérêt… puisqu’on a l’impression que le candidat a mis des termes au hasard pour faire du remplissage.

La bonne formulation

Il vaut mieux donner des détails et des circonstances pour que les « autres expériences » soient un plus et non une autre manière de ne rien dire. On sélectionne donc trois ou quatre activités et projets qui nous ont tenus à cœur et l’on donne, comme pour les expériences professionnelles, les lieux et les circonstances.

 

Et pourquoi pas une case divers générale ?

On pourrait imaginer, pour synthétiser, un onglet « divers » qui regroupe aussi le niveau en langue, les connaissances informatiques, voire la formation. Par exemple :

 

 

Marie La Fragette © Cadremploi.fr


haut de page