Où placer ses références ?

Auteur : Sylvie Laidet
septembre 2011

Votre CV peut (éventuellement) comprendre les contacts d’un ou plusieurs collaborateurs auprès desquels votre futur employeur pourra s’informer sur votre Cas. Ce sont vos « people référents ». Soit. Mais où les présenter ?

A quoi sert la prise de référence ?

Les recruteurs utilisent la prise de référence pour vérifier vos compétences (volume d’affaires géré, périmètre d’intervention, champ de responsabilité…) et votre personnalité. Histoire de voir si vous ne vous êtes pas survendu. En générale, ces contacts sont demandés plus en aval dans le processus de recrutement. Mais si vous sentez que cela peut vous être utile, ou que les références sont demandées dans l'offre à laquelle vous répondez, vous pouvez choisir de les présenter dans votre CV. Mais pas n'importe comment.

A qui peut-on demander de devenir « référent » ?

Tout dépend des circonstances de votre départ et du poste visé. Si vous êtes licencié pour mésentente avec votre boss, il paraît évident que vous ne pouvez pas le citer en référence. En revanche, vous pouvez sélectionner l’un de vos précédents chefs, un ancien collègue, l’un de vos collaborateurs, un client mais aussi un fournisseur voire le DRH.

« Si vous visez une fonction de management, communiquez les coordonnées d’un ancien collaborateur permettra aux recruteurs de vérifier votre aptitude à manager », souligne Corinne Cabanes, directrice régionale sud-ouest du cabinet de recrutement Menway. En règle générale, les pros du recrutement demandent deux ou trois références.

Comment s’y prendre ?

Prévenir personnellement chaque personne que vous souhaitez citer en référence. Un changement de poste doit parfois rester confidentiel donc, avant même de parler de votre projet à votre interlocuteur, demandez lui s’il peut s’engager à garder votre conversation confidentielle. S’il accepte, détaillez lui votre nouveau projet professionnel.

« Aidez-le à faire un travail de mémoire. Par exemple, demandez lui de se souvenir pourquoi à l’époque il vous a embauché. Quelles étaient vos qualités et vos compétences. Quels sont selon lui les trois adjectifs qui vous qualifient le mieux. Ceci afin qu’il se prépare à répondre aux questions du chasseur de tête », insiste Corinne Cabanes.

N’hésitez pas à lui suggérer les qualités que vous souhaiteriez qu’il mette en avant à votre sujet. De même, travaillez ensemble sur vos points faibles histoire d’envisager comment tourner la chose. Bref, préparez le discours avec lui.

Le placer dans un CV

En fin de CV, indiquez une rubrique « Pour une prise de référence » et, là, indiquez le nom, prénom, fonction actuelle et coordonnées de la personne citée. En quelques mots, vous pouvez également restituer le cadre et l’époque à laquelle vous avez travaillé ensemble.

Ces indications donnent un triple signal au recruteur ou au consultant en recrutement : d’abord, vous avez anticipé sa demande (du temps gagné pour lui), vous entretenez activement votre réseau et vous avez gardé de bons contacts avec vos précédents boss ou collaborateurs. Un bon point pour apprécier votre personnalité.

Les références peuvent faire la différence

« À compétences égales, à parcours égal et à évaluation équivalente, une enquête de référence positive fera la différence dans le choix du candidat », conclut Corinne Cabanes.

Sylvie Laidet © Cadremploi.fr


haut de page