L’art du mail post-entretien

Auteur : Sylvie Laidet
septembre 2011

L’entretien s’est bien déroulé, le recruteur semblait satisfait, vous pensez être sur la voie de la réussite ? Sans doute. Mais pas sûr. Pour prouver votre motivation et votre compréhension du poste proposé, vous pouvez envoyer un mail de motivation post-entretien.

Un mail post-entretien, c’est quoi ?

« Un écrit de rattrapage dans lequel le candidat peut résumer en trois points clés sa motivation pour le poste tel que le recruteur lui a présenté. Mais cela peut être aussi l’occasion de réparer un oubli lors de l’entretien ou de préciser un point important au sujet duquel le candidat a l’impression de ne pas avoir été très clair », explique Pierre Cannet, dirigeant du cabinet Blue Search Conseil.

Comment le rédiger ?

Pas la peine de faire de longs discours. Au contraire, le recruteur appréciera d’autant votre esprit de synthèse. Pour marquer des points, reprenez le champ lexical utilisé par le recruteur lors de votre rencontre. Il aura ainsi l’impression que vous avez déjà assimilé une partie de la culture d’entreprise.

N’allez pas vous lancer dans le détail de votre parcours. En la matière, il est au courant puisqu’il vous a déjà reçu. Listez en deux ou trois points (tirets), les idées clés que vous souhaitez lui transmettre. Sur la forme, misez sur 8-10 lignes maximum.

A qui l’adresser ?

Au recruteur final que vous devez convaincre à tout prix. Cela étant, certains consultants en recrutement demandent ce type de « home work » aux candidats présélectionnés.

Ceci pour trois raisons : s’assurer de leur réelle motivation pour le poste proposé, tester leur capacité de synthèse et structurer leur discours en vue d’un entretien avec le responsable du recrutement de l’entreprise qui embauche.

Faire la différence ?

Pierre Cannet se souvient d’un candidat qui semblait planer lors de l’entretien et qui dans son mail post entretien s’est révélé. « Il avait rédigé une synthèse extraordinaire de nos échanges, en fait il avait tout compris de nos attentes, je l’ai embauché sur le champ », raconte-t-il volontiers.

Les erreurs à ne pas commettre

Apporter une information supplémentaire qui risque de faire douter le recruteur, que vous aviez pourtant rassuré lors de l’entretien. Soyez donc très factuel et sûr de vous.

Et puis, on ne dira jamais assez, relisez-vous plusieurs fois pour bannir la moindre faute d’orthographe. Ce serait dommage de rater l’écrit de rattrapage après avoir passé l’oral avec brio.

Sylvie Laidet © Cadremploi.fr


haut de page